La Région se serre la ceinture mais fait des promesses.

0
1202
Tribune du Groupe Rassemblement National au conseil régional Centre-Val de Loire.

C’est le Président Bonneau qui l’avoue : le budget 2019, c’est « ceinture et corset ».

Façon de dire qu’en dehors d’un nouveau plan de formation relancé par l’Etat, la plupart des actions de la Région sont revues à la baisse. Un exemple parlant : les travaux de rénovation dans les lycées, dont l’enveloppe passe de 94,2 à 77,3 millions d’euros.

De plus, François Bonneau voit sa majorité fragilisée, avec le départ de deux conseillers en Marche », ce qui va le conduire jusqu’à la fin de la mandature à négocier des compromis qui vont paralyser son action.

C’est ainsi qu’il s’est assuré de la bienveillance du groupe UDC, en acceptant un amendement en forme de vœu adressé au gouvernement qu’il avait refusé d’adopter le 18 octobre au sujet d’un ticket-carburant.

Signe évident de cette petite manœuvre, Guillaume Peltier a retiré au dernier moment deux autres amendements budgétaires dont la majorité ne voulait pas.

Au final, en échange de cette lettre au Père Noël, le groupe UDC n’a pas voté contre le budget, ce qui aurait mis le président Bonneau à la merci d’une simple abstention des élus « en Marche ».

De leur côté les écologistes ont voté le budget bien que leur amendement ait été rejeté, mais ils ne peuvent pas scier la branche sur laquelle ils sont assis.

Seul le Rassemblement national a été cohérent en votant contre le budget.

Le groupe avait déposé une série d’amendements permettant de diminuer de 20 % le montant de TICPE « Grenelle » (taxe sur les carburants). Mais ils ont été déclarés irrecevables car la TICPE avait été votée lors de la dernière session, et la majorité avait opté pour le taux maximum.

Enfin Michel Chassier a dénoncé une présentation trompeuse de la situation financière de la Région, en imputant précisément la TICPE en recette de fonctionnement alors qu’elle devrait figurer en investissement. Réponse de la majorité : l’agence de notation Fitch ne tient pas compte de cette recette en fonctionnement : c’est bien la preuve que nous avons raison.

On comprend pourquoi le Président a préféré consacrer toute la matinée au SRADDET, il s’agit là de grandes ambitions et d’objectifs à horizon très lointain. Encore faudra-t-il que les moyens budgétaires suivent, et ce n’est pas évident.

De surcroît ce schéma propose des objectifs irréalistes, en particulier dans le domaine de le transition énergétique, de même qu’il omet volontairement le volet routier alors que 85 % des habitants de la Région n’ont pas d’autre choix que d’utiliser leur voiture au quotidien pour aller travailler, faire leurs courses ou se soigner.

Encore une fois, seul le Rassemblement national a voté contre.

Télécharger en format imprimable : Tribune RNCVDL 2018.12.21 – Session Plénière du 20.12.2018

LAISSEZ VOTRE MESSAGE